AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trouble du langage écrit et tonus d'action

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Rivière
Admin


Féminin Nombre de messages : 125
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste et psychomotricienne
Département (si France) ou Pays : Oise
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Trouble du langage écrit et tonus d'action   Sam 5 Jan - 9:19

Attention, il importe de considérer ces données avec beaucoup de précaution. Elles reposent sur l'analyse de 103 études de cas présentées par 25 binômes ou trinômes constitués de professionnels en psychomotricité et en orthophonie à partir d’un questionnaire. Or, je tiens à insister à nouveau sur le fait que cet outil de mesure est imparfait, puisque les critères de validation psychométrique de ce dernier (objectivité, fidélité et sensibilité) n'ont pu être validés. (cf. remarque de présentation) De fait, ces deux corrélations sont présentées ici dans le but d'ouvrir la voie à vos remarques à d'éventuelles études ultérieures qui affineraient en confirmant ou infirmant mes observations.

J’ai choisi de m’arrêter quelque peu sur les corrélations entre les troubles du langage écrit et du tonus d’action. Ainsi, 69,2 % des enfants présentant un trouble du langage écrit versant réception manifestent également un trouble du tonus d’action. Ils sont 67,9 % pour le versant expression. Je considèrerai ainsi cette différence comme non significative. En outre, parmi les enfants présentant un trouble tonique, 59,1 % présentent également un trouble du langage écrit versant réception et 54,5 % versant expression. Ici encore, la différence entre l’aspect passif et actif n’est pas considérée comme significative.
Je vais désormais tenter d’expliciter ces corrélations.
Je tiens tout d’abord à préciser que, étant donné que la différence entre les versants actif et passif du langage écrit n’est pas significative, il aurait sans doute été plus pertinent d’observer la distinction entre les retards d’acquisition du langage écrit et les dyslexies / dysorthographies… Je me verrai donc dans l’obligation de ne pas effectuer de distinction entre les deux troubles.


F. RAMUS (chargé de recherches au laboratoire sciences cognitives et psycholinguistique du Centre National de la Recherche Scientifique, 2005) a répertorié les étiologies de la dyslexie.

Tout d’abord, une prédisposition génétique pourrait être à l’origine de ce trouble. Les gènes (au nombre de quatre en 2006), seraient tous impliqués dans la migration neuronale au cours du développement du cerveau de l’embryon. Ces derniers seraient à l’origine d’ectopies (amas de neurones) retrouvés dans des zones du cerveau où ils n’auraient pas dû être.

En outre, les neurobiologistes semblent avoir mis en évidence une faible activité temporale dans l’hémisphère gauche des personnes dyslexiques. Plus précisément, les aires pariéto-temporales et occipito-temporales (qui interviennent dans l’activité de lecture) seraient peu activées.

Les autres étiologies seraient d’origine environnementale.

Cette dernière causalité semble retenue pour les retards d’acquisition du langage écrit. Je me permettrais d’y ajouter les difficultés psychomotrices.


Mais au fait, qu’est-ce que le tonus d’action ? Il correspond à l’ensemble des variations de tension musculaire destinées à préparer et soutenir le mouvement. Il peut se repérer dans le cadre d’un processus conscient (recrutement tonique lié à la perspective de passer de position couchée à debout), ou plus ou moins automatisé (préparation à la fuite en cas d’alarme). L’activité motrice apparaît d’autant plus efficiente que la tension des muscles participant au mouvement sera adaptée.

Les troubles du tonus d’action se manifestent par un excès de tension dans les muscles qui participent à l’action et/ou dans d’autres parties du corps. Dans le bilan psychomoteur, ils s’évaluent à travers l’étude des paratonies, des réactions de contenance et de prestance, des syncinésies, des tics...

Parmi les patients du questionnaire, seule la mention « trouble tonico-émotionnel » a été apportée concernant le type de trouble du tonus d’action. Celle-ci apparaît d’ailleurs pour les 9/10èmes des patients.

Certains troubles du tonus d’action pourraient résulter d’une transmission génétique (mais il ne s’agit sans doute pas des mêmes gènes que pour la dyslexie). Des origines neurophysiologiques peuvent également être évoquées, notamment un hyperfonctionnement dopaminergique. Enfin, les chercheurs considèrent que la majorité de ces troubles sont en lien avec l’hyperémotivité.


En somme, seule cette dernière notion semble commune aux deux pathologies. En effet, je l’ai souligné plus haut, les troubles du tonus sont d’origine émotionnelle pour l’écrasante majorité des patients du questionnaire. De surcroît, certaines théories sur les troubles du langage écrit estiment que toute l’affectivité de l’enfant se mobilise durant l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Ainsi, poser des mots sur la ligne sans les lier les uns les autres ferait référence à la notion de séparation, elle-même parfois synonyme de souffrances. De même, la découverte de la grammaire serait investie émotionnellement : par exemple, l’apprentissage de notions telles que les pronoms « je », « tu », etc., les concepts de « pluriel » et de « singulier », de « féminin », et de « masculin »… L’oubli systématique de certains accords ne serait donc pas un hasard, mais constituerait un message réel de la part de l’enfant.

Cette hypothèse pourrait coïncider avec le fait que, au vu des données statistiques, il s’agit d’avantage d’une co-morbidité que d’un étayage. Malheureusement, c’est la seule que je puisse retenir actuellement. Cependant, il serait très intéressant de poursuivre les investigations, afin d’avancer d’autres suppositions qui m’auraient échappées.
Revenir en haut Aller en bas
http://psychomotortho.forumpro.fr
 
Trouble du langage écrit et tonus d'action
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouble du langage de type expressif - définition DSM-IV
» Langage écrit / langage oral
» Trouble du langage de type mixte réceptif-expressif - définition DSM-IV
» Trouble de la lecture (Dyslexie) - définition DSM-IV
» la tototte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psychomotricite et Orthophonie : échangeons ! :: Corrélations entre les troubles psychomoteurs et les troubles orthophoniques :: Corrélations observées et inattendues (à considérer avec précaution)-
Sauter vers: