AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trouble du langage écrit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Rivière
Admin


Féminin Nombre de messages : 125
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste et psychomotricienne
Département (si France) ou Pays : Oise
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Trouble du langage écrit   Sam 5 Jan - 9:11

Le langage écrit recouvre à la fois le versant compréhension (lecture) et expres​sion(écriture et orthographe) d’un système codé en signes graphiques permettant la transmission d’informations et la communication.

Tout d’abord, la lecture apparaît comme l’une des activités cognitives les plus complexes. Elle exige en effet la coordination de deux activités très différentes : déchiffrer un code (on parle de décodage ou d’identification) et capter un sens (il s’agit de la compréhension). L’apprentissage de la lecture consiste en l’automatisation de ces tâches.

En outre, écrire consiste à transposer l’oral en graphies afin de transmettre un message. Pour se faire, la transcription phonème – graphème ne suffit pas : l’orthographe a été inventé... Il s’agit de l’ensemble des règles et des conventions qui régissent l'écriture des mots propres à une communauté linguistique donnée. On distingue l’orthographe d’usage de l’orthographe grammaticale. La première désigne la graphie usuelle des mots : le phonème [o] peut par exemple se transcrire « o » ou « eau » selon que l’on écrive « vélo » ou « château ». L’orthographe grammaticale fait référence aux graphies des mots selon leur fonction au sein de la phrase.
On parle de retard d’acquisition de la lecture ou de l’orthographe lorsque l’enfant manifeste une difficulté passagère, que ce processus d’apprentissage nécessite plus de temps que d’ordinaire. Par exemple, un enfant mobilisant une énergie cognitive très importante durant le transcodage des phonèmes en graphies ne saura être disponible pour considérer la phrase comme un ensemble organisé.

A l’inverse, les termes de dyslexie ou de dysorthographie désignent un trouble spécifique d’acquisition en dépit d’une efficience intellectuelle et une scolarisation normale, ainsi que d’une absence de trouble du langage oral, sensoriel, psychique ou neurologique. Le diagnostic ne peut être porté de façon définitive avant l’âge de 8 ans. Les enfants dyslexiques et/ou dysorthographiques recouvrent une population hétérogène, au sein de laquelle peuvent être décrits différents types et degrés de dyslexie et dysorthographie. Il n’en demeure pas moins que cette pathologie persiste jusqu’à l’âge adulte ; un soutien adapté permet cependant de mettre en place des stratégies de compensation.

Le langage écrit transcende l’espace et le temps. En effet, si l’information orale se situe dans des limites spatio-temporelles précises, au contraire, le lecteur reçoit toujours un message émis dans le passé et le plus souvent dans un cadre spatial différent. De plus, l’acte de lire ne correspond-il pas à la reconnaissance d’une succession de signes dans un espace donné ? De même, écrire n’est-ce pas aligner des graphèmes sur un support spatial ? De fait, les notions spatio-temporelles se présentent comme des pré-requis à l’acquisition du langage écrit. D’ailleurs, M. STAMBACK (1960) a été la première à montrer que des enfants dyslexiques de 7 à 14 ans reproduisaient moins bien les groupes structurés de frappes que leurs pairs.

Or, j’ai tenté de le mettre en évidence précédemment, les notions spatio-temporelles se mettent en place à partir des repères de latéralité, de schéma corporel et toniques. On peut donc en conclure qu’une fragilité dans ces domaines complexifierait l’acquisition du langage écrit. De même, de faibles possibilités de concentration risquent d’entraver l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe.

Plus spécifiquement, I. BASSE, J-M. ALBARET (psychomotriciens français) et Y. CHAIX (neuropédiatre) ont étudié les liens entre les troubles psychomoteurs et la dyslexie (1999). Ils déduisent que « les principaux troubles psychomoteurs associés à la dyslexie sont le trouble déficitaire de l’attention hyperactivité, le trouble de l’acquisition des coordinations et de la motricité fine. » Les auteurs n’omettent pas de préciser : « la place de ces troubles psychomoteurs dans la dyslexie n’est pas explicitée clairement. Ils peuvent contribuer aux difficultés d’acquisition de la lecture ou ajouter des difficultés. »
Revenir en haut Aller en bas
http://psychomotortho.forumpro.fr
sonia15588



Féminin Nombre de messages : 1
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : ortho
Département (si France) ou Pays : 35
Date d'inscription : 16/10/2012

MessageSujet: Re: Trouble du langage écrit   Mar 16 Oct - 18:56

On peut ajouter aussi la dyscalculie (trouble spécifique du calcul).


http://www.consultation-psy-en-ligne.com/
Revenir en haut Aller en bas
 
Trouble du langage écrit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trouble du langage de type expressif - définition DSM-IV
» Langage écrit / langage oral
» Trouble du langage de type mixte réceptif-expressif - définition DSM-IV
» Trouble de la lecture (Dyslexie) - définition DSM-IV
» la tototte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psychomotricite et Orthophonie : échangeons ! :: Corrélations entre les troubles psychomoteurs et les troubles orthophoniques :: Pour chaque trouble orthophonique, quel(s) trouble(s) psychomoteur(s) serai(en)t attendu(s) ?-
Sauter vers: