AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Trouble praxique / dyspraxie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aurore Rivière
Admin


Féminin Nombre de messages : 125
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste et psychomotricienne
Département (si France) ou Pays : Oise
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Trouble praxique / dyspraxie   Sam 5 Jan - 9:06

Le terme praxie est issu du grec « praxis » et signifie « action ». Il s’agit de la planification, la pré programmation des gestes complexes, intentionnels et finalisés.

La Classification Internationale des Maladies et des problèmes de santé connexes (CIM 10), établie par l’Organisation Mondiale de la Santé, regroupe sous le terme « troubles spécifiques du développement moteur », la « débilité motrice de l’enfant », la « dyspraxie de développement », et les « troubles de l’acquisition des coordinations ». Dans sa 4ème édition du Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux (DSM IV), l’association américaine de psychiatrie ne retient que le terme « trouble de l’acquisition des coordinations ».

Cette pathologie se traduit par des difficultés d'acquisition des praxies au même rythme que les autres, malgré des conditions d'apprentissage normales, de la motivation, l'absence d'une atteinte neurologique ou musculaire qui empêcherait la réalisation des actes moteurs et un niveau intellectuel en rapport avec son âge. On ne peut évoquer la dyspraxie avant l’âge de 4 ans.

En d’autres termes, un enfant dyspraxique ne parvient pas à automatiser ses gestes. Toute action complexe, intentionnelle et finalisée est réalisée comme une succession de mouvements séquentiels mobilisant une énergie cognitive très importante. Les performances apparaissent très fluctuantes. La conscience des difficultés et des échecs entraîne souvent une mésestime de soi. Des répercussions comportementales peuvent apparaître.

Il existe des dyspraxies constructives, visuo-spatiales, bucco-faciales, idéatoires et idéo-motrices.

Il est intéressant d’observer que la CIM 10 associe le « trouble spécifique du développement moteur » aux « troubles de développement du langage et de la parole » et « des acquisitions scolaires ». Le DSM IV l’associe à un « trouble phonologique », à un « trouble du langage de type expressif » ou à un « trouble du langage de type mixte réceptif – expressif ».


Dernière édition par Aurore Rivière le Sam 10 Oct - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://psychomotortho.forumpro.fr
jujlm



Féminin Nombre de messages : 1
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : Enseignante
Département (si France) ou Pays : 60
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Trouble praxique / dyspraxie   Mer 25 Juin - 19:34

Bonjour,
Quels conseils donneriez-vous à une jeune professeur d'école qui aura un élève atteint de dyspraxie dans sa classe à la rentrée prochaine ?

Merci à tous (et plus particulièrement à toi Aurore)
Juliette
Revenir en haut Aller en bas
Aurore Rivière
Admin


Féminin Nombre de messages : 125
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste et psychomotricienne
Département (si France) ou Pays : Oise
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Trouble praxique / dyspraxie   Mer 2 Juil - 19:37

Bonjour Juliette,
Tout d’abord, te connaissant, je me doute que tu as dû effectuer des recherches sur Internet pour trouver la réponse à tes questions. J’ai moi-même recherché un peu, et t’indiques ici des adresses qui pourraient retenir ton attention :

- deux sites provenant du milieu enseignant :
guide pour les enseignants qui accueillent un élève présentant une déficience motrice (très général sur toutes les déficiences motrices)
dyspraxie : la scolarité, ses problèmes et les remédiations

- Je te conseille également cet article de Michèle MAZEAU, médecin de rééducation fonctionnelle et qui est sans doute une des références incontournables en ce qui concerne la dyspraxie : permettre ou faciliter la scolarité de l'enfant dyspraxique

- Et enfin cet autre article, peut-être plus concret, d'un médecin de rééducation fonctionnelle et d'une ergothérapeute, qui te donnera des exemples de production et de réadaptation possibles : présentation de la dyspraxie visuo-spatiale : propositions d'aide, recommandations

Note que ce dernier lien concerne uniquement les dyspraxies visuo-spatiales, les plus fréquentes. Sache en effet qu’il existe sans doute autant de dyspraxies que d’enfants dyspraxiques… Les chercheurs ont tenté de catégoriser les dyspraxies mais, comme toujours, les regroupements proposés ne font pas l'unanimité… Combats de théoriciens...
Quoi qu'il en soit, si ton futur élève a été diagnostiqué dyspraxique, cela signifie, je le rappelle, qu'il souffre d'un trouble spécifique. Il ne s’agit donc pas d’un retard (qui se comble, plus ou moins partiellement), mais d’une difficulté dont l’évolution favorable peut être observée si le suivi est adapté, mais pour laquelle la marque du trouble initial est toujours conservée (les degrés de dyspraxie pouvant être très variables et occasionnant par conséquent une gène plus ou moins sévère).
Revenons donc à cet enfant : un être singulier, qui ne peut être réduit à sa pathologie... Il m'est de fait très difficile de te donner des pistes sans le connaître… (je me répète, je dis souvent ça dans ce site, non ?) Désolée…

Je vais tout de même tenter de me lancer dans des généralités et te donner trois pistes :
- expliquer et faire trouver par des MOTS plutôt que de proposer des manipulations ou un schéma (indispensable dans le travail auprès d'un enfant dyspraxique qui compense toujours ses difficultés par le canal VERBAL)

- D'autre part, certains enfants dyspraxiques présentent ce qu’on appelle une dissociation automatico-volontaire. Cela signifie qu'ils peuvent réaliser correctement une séquence de gestes de manière AUTOMATIQUE, mais d'autres fois, lorsque cette même action doit être réalisée de manière volontaire, ils n’y parviennent pas…
Plus généralement, on observe souvent chez les enfants dyspraxiques une GRANDE FLUCTUATION des possibilités : un jour l’enfant parvient à effectuer une action précise avec ses mains. Le lendemain, ou même quelques heures après, cela lui est impossible…
Les chercheurs actuels ont beaucoup de difficultés à expliquer cela, ils l’imputent souvent à l’état de fatigue, mais ils avancent d’autres paramètres complexes en lien avec les structures cérébrales ou autre…
Quoi qu’il en soit, avoir conscience de cette notion permet de ne pas réprimander l’enfant lorsque l’on se retrouve dans un tel cas de figure… Mais ici encore, je ne connais pas ton futur élève, et il est possible que, lorsqu’il aura compris que tu ne t’importunes face à une telle situation, il en retire un bénéfice secondaire lorsqu'il ne souhaite pas effectuer un exercice … Cela dit, ce n’est (malheureusement ?) pas le cas de figure le plus fréquent. En effet, les enfants dyspraxiques sont bien souvent EUX-MEMES LES PLUS DESEMPARES ET DESOLES FACE A LEURS ECHECS : ils ont une idée très précise du résultat qu’ils voudraient obtenir, et peuvent s'y essayer maintes fois en vain…

- J'en viens à mon troisième point : il NE s’agit PAS non plus de nier l’échec, puisque ton futur élève le constatera sans doute lui-même… Et c'est la raison pour laquelle il vous faudra, lui et toi, déployer des trésors d'imagination afin de lui faire saisir et ressentir que sa difficulté spécifique est certes présente, mais qu'elle NE le condamne PAS à être un bon à rien... Par exemple, lors d'une dictée, pourquoi ton élève épuiserait-il toute son énergie sur le graphisme (au détriment de l’orthographe), alors qu’il existe l’ordinateur ? Mais ici encore, c’est un stéréotype simpliste, et l’ordinateur n’est pas forcément un outil indispensable pour tous les dyspraxiques…

Allez, j'ajoute un dernier conseil, sans doute le plus précieux : n’hésite pas à te rapprocher des auxiliaires médicaux qui suivent certainement cet enfant. Psychomotricien, orthophoniste, bien sûr... Mais aussi ergothérapeute (l'objectif de ce professionnel étant de préserver et développer l'indépendance et l'autonomie de ses patients dans leur environnement quotidien et social) et orthoptiste (spécialiste des troubles de la fonction sensorielle et motrice des yeux). Peut-être cet enfant est-il suivi aussi par un neuropsychologue (professionnel qui étudie les fonctions mentales supérieures dans leurs rapports avec les structures cérébrales), un médecin de rééducation fonctionnelle, un pédiatre et/ou un psychologue ? Ton médecin scolaire devrait également être en mesure de t’apporter de plus amples renseignements sur la dyspraxie de ton futur élève, ses difficultés ou compétences, et enfin les aménagements que tu es susceptible de faire pour lui.
Tous ces professionnels sauront t’apporter les renseignements dont tu auras besoin pour CET ENFANT SINGULIER.
Et surtout, n'oublie pas les PARENTS, aucun professionnel ne connaît sans doute mieux leur enfant qu'eux-mêmes...

Bonne fin de dernière semaine, et bonnes vacances !
Revenir en haut Aller en bas
http://psychomotortho.forumpro.fr
meschine



Féminin Nombre de messages : 1
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste
Département (si France) ou Pays : 35
Date d'inscription : 26/05/2009

MessageSujet: orientation vers le secondaire d'une jeune dyspraxique   Mar 26 Mai - 22:58

Je travaille avec une jeune fille dyspraxique depuis quelques années pour un travail logico-mathématique, elle redouble cette année son CM1 mais les parents s'inquiètent dès maintenant de l'orientation au collège: son niveau scolaire est trop élevé / UPI, sa maladresse motrice rend les ateliers préprofessionnels de SEGPA source d'échec, sa sensiblité la rend vulnérable aux moqueries ou brimades des enfants en rejet scolaire depuis trop longtemps. J'ai évoqué une classe avec un dispositif adapté pour les dyslexiques mais cela conviendrait-il vraiment et il y a si peu de places... Avez-vous des idées ? (région de Rennes)
Revenir en haut Aller en bas
Aurore Rivière
Admin


Féminin Nombre de messages : 125
Psychomot ? Ortho ? Patient ? ou...? : orthophoniste et psychomotricienne
Département (si France) ou Pays : Oise
Date d'inscription : 01/01/2008

MessageSujet: Re: Trouble praxique / dyspraxie   Mer 27 Mai - 6:57

Bonjour Meschine et merci pour votre participation.
Ne connaissant ni votre patiente ni le département de l'Ille et Vilaine, je ne saurais vous en dire d'avantage...
Par contre, je peux vous conseiller, et surtout inciter les parents de cette jeune fille à se rapprocher d'associations de parents d'enfants dyspraxiques.
Par exemple, l'association 'dyspraxiques, mais fantastiques', voici les coordonnées du correspondant local : dmf.35@laposte.net, 02.99.68.79.13 ou 02.99.63.51.79, et leur site Internet est [url=ici]http://www.dyspraxie.org/[/url] ou là.
Il existe également l'association '1,2,3 dys, compter avec les dyspraxiques' : info@123dys.fr, 06 20 20 58 43, et voici l'adresse Internet ici.
Voilà, j'espère que cela vous aidera, et j'espère vous retrouver bientôt sur le forum !
Bonne journée !
Revenir en haut Aller en bas
http://psychomotortho.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Trouble praxique / dyspraxie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trouble praxique / dyspraxie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DOSSIER Trouble de la personnalité limite (ou borderline)
» Le trouble d'anxiété généralisé (TAG)
» trouble de l'équilibre
» Qu'est ce qu'un Trouble de personalité narcissique?
» Comment avez-vous connu le forum PLP du Trouble ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psychomotricite et Orthophonie : échangeons ! :: Corrélations entre les troubles psychomoteurs et les troubles orthophoniques :: Les troubles psychomoteurs engendrent-ils des difficultés d'acquisitions des fonctions orthophoniques?-
Sauter vers: